Blog

Retour aux articles

CAS CLIENT : Le cleaning GTM, quand les balises se multiplient !

Partager

1024

CAS CLIENT : Le cleaning GTM, quand les balises se multiplient !

Partons du principe que si vous lisez cet article vous êtes déjà utilisateur de Google Tag Manager. (GTM). Votre ami vous aide à insérer et centraliser l’ensemble des tags qui sont nécessaires au bon fonctionnement de votre site ou à sa mesure. Cela vous permet de votre côté de moins vous fâcher avec vos développeurs et d’être plus réactif.

 

Dans ce balai incessant d’insertion de balises et de renvoi d’informations, il est facile de s’y perdre. D’autant plus compliqué lorsque votre outil est ouvert à une multitude d’acteurs.

 

Nous sommes récemment intervenus chez un grand nom du luxe Français pour l’aider à nettoyer sa plateforme de gestionnaire de balises. Pourquoi un tel besoin ? On se retrousse les manches et on plonge dans l’univers (paic) citronné du nettoyage de balise.

Le constat :

Google Tag Manager est un outil puissant et beaucoup de solutions existent dans cet outil pour que vous puissiez tout insérer sur votre site (merci petite balise HTML personnalisée). Devenant une pratique courante du marché, les différents acteurs du digital se sont adaptés et proposent, pour un grand nombre, l’installation via GTM. Le problème c’est que l’insertion, le déclenchement et le contrôle des balises demandent un savoir-faire et une compréhension de l’outil.

Alors comment fait-on ? Je vous le demande… 🧐

 

Apprendre et prendre le risque que ça ne fonctionne pas tout de suite (en fonction des tags cela peut être dangereux) ou demander à votre nouveau prestataire de le faire pour vous ?

Vous l’aurez compris, notre client a choisi l’option deux en accordant des accès contrôlés à ses prestataires. Et au fur et à mesure, le désordre s’est créé.

  • Le prestataire A souhaitait mesurer les performances de ses campagnes. Il inséra donc deux balises : Une générale et une de conversion sur la page de confirmation d’achat de notre client. Dans cette dernière, il fit remonter 6 informations sur la transaction validée (id de transaction, CA, …). Bilan : 2 balises, 2 déclencheurs, 6 variables.

  • Le prestataire B, quant à lui, cherchait à comprendre le comportement des utilisateurs et leur centre d’intérêt en mappant le site par catégorie. Bilan 3 balises (juste pour les sites Européens), 3 déclencheurs et 12 variables.

Vous voyez le problème venir ou je vous présente les prestataires D, E et F (où est passé C ? Excellente question) ? Chaque prestataire (et il ne faut pas leur en vouloir) arrive avec ses besoins, sa méthode et son jargon… Dans un souci d’efficacité, chacun crée ses balises, ses déclencheurs et ses variables. Très peu font l’effort de faire un tour du propriétaire pour connaître l’existant et réutiliser les éléments déjà présents.  

 

Conséquences : Les tags se multiplient, les variables et leurs doublons fleurissent et les éléments obsolètes brouillent la vision qu’est supposée vous apporter cet outil. Alors quand tout fonctionne ce n’est pas gênant mais lorsque l’on veut faire le tri, ça se complique et la tâche devient vite chronophage.

 

Cet article vous est présenté par Digitaleez, l’agence de Webanalytics. Pour en savoir plus sur nos prestations, cliquez ici

 

Solution :

Il faut donc méthodiquement reprendre l’ensemble de l’installation. A la manière d’un audit complet d’un plan de taggage analytics, il faut étudier l’ensemble des balises, des déclencheurs et des variables présents dans GTM.

 

GTM nécessite des mises à jour plus ou moins régulières en fonction de vote site et ses évolutions. Cette plateforme doit être l’outil qui permet de comprendre ce qui est déployé sur votre site, dans quel but et les différentes informations qui peuvent être collectées.

 

Pour être total, le « ménage » passe évidemment par la suppression de tout l’inutile mais également par la mise en place d’une nomenclature unique. Le gain de visibilité est indéniable lorsqu’elle est maintenue dans le temps.

Conclusion :

 

Peu importe que vous utilisiez Google Tag Manager ou un autre gestionnaire de tags, cet outil doit vous offrir une vision précise de ce qui est présent sur votre site. Cela implique des mises à jour et de l’historisation des actions en son sein.  

 

L’utilisation est souvent transverse dans une entreprise (service technique, équipe marketing, prestataires, …) mais en imposant une nomenclature globale et en évitant les doublons, cette plateforme ne sera plus simplement un gestionnaire de balises mais une véritable carte de votre site !